Les moyens d'action

LA RECHERCHE HISTORIQUE

« Chaque fois que m’est donné l’occasion d’étudier un manuscrit, je prends conscience de la chance que j’ai, à mon tour, 
de pouvoir toucher un document âgé de plusieurs siècles…
»

 

La base du travail de l’historien, c’est la recherche et l’étude.  Et la confrontation des sources est essentielle afin de pouvoir prétendre connaître le passé. En effet, il ne faut jamais faire d’une anecdote une généralité ou à contrario, appliquer une généralité de façon uniforme. Force est de constater que l’histoire des siècles passés est en perpétuel mouvement. Ce qui est paradoxal, car les événements passés sont figés et immuables, mais leur découverte et leur interprétation, elles, fluctuent. Et des certitudes d’hier sont parfois les erreurs de demain.

D’où l’importance d’affiner en permanence ses connaissances par l’étude systématique des manuscrits connus. Ainsi, pour la seule période médiévale, on peut citer  par exemple : Le Manuscrit de Sion, Le Mesnagier de Paris, Le Tractatus de modo preparendi , Le liber de Coquina, Le Viandier de Taillevent… parmi beaucoup d’autres.

 

 

 

 

Extrait du Tractatus de Modo Preparandi :

 

Olim cum flore uiguissem iuuentutis, diuersa circuiui mondi climata,

et commoratus fui ac moram contraxi in diuersis curiis et famosis, scilicet

milittum, abbatum, principum atque magnatum, in quibus, de ferculis

uariis delicatis conficiendis multos plurimos uidi et diuersos, circa que

mea fuit intentio, et, ut debito modo describerem, curam adhibui diligentem;

quod si cum moderantia et non superflue et debito modo sumpta

fuerint, complexionibus conuenientibus et temporibus ac regionibus

obseruatis, omni electuario et medicamento sunt magis merito commendanda

ac preponenda quantum corpus et naturam humanam coroborant

et confirmant et ad etatem perducunt ylarem et longinquam; que ut mihi

essent ad memoriam, aliis uero ad doctrinam ipsam ut melius scio, et ad

memoriam reducere ualeo; in hoc paruulo depinxi opusculo, de toto

officio coquine, mapam, clauiculam, maticulatam, in quo de herbis,

leguminibus, ouis, caseis, piscibus, carnibus, fructibus et poreta atque

salsamentis et condimentis pluribus et diuersis, prout melius scio et potero,

declarabo. Similiter et de potibus hiis herbis ac ferculis conuenientibus,

ipse non arbitror dimitendum. De quibus scire debes quod quidam potus

sunt medicinales, naturam humanam debilem et infirmam confortantes,

sicut est mellicrattum, oxizucara, sapa, mulsa, syrupi atque tysana, de

quibus uel ad presens quorum doctrinam medicis relinquo.

 

manuscrit en latin  Ms 9328, folio 129r-139v, Bibliothèque nationale, Paris (XIV s)

 

 

 

 

 

Médiathèque du Valais en Suisse.

"Manuscrit de Sion" XIII° siècle