Fabian Müllers

La démarche

Fabian Müllers, archéologue du goût

Faire de l’archéologie expérimentale, c’est le meilleur moyen de pouvoir confronter les travaux des historiens et les découvertes des archéologues. En se mettant dans les conditions de l’époque étudiée, en cuisinant avec les denrées, les ustensiles de l’époque et en adoptant les mêmes modes opératoires (opérations de cuisine, cuisson au feu de bois….), l’on retrouve peu à peu non seulement les gestes mais également les saveurs d’autrefois. Un travail nécessaire sur les mentalités et une étude approfondie des sources historiques permettent d’affiner sa connaissance de la recherche du goût de nos aïeux. Ainsi, à force d’étude et de travail dans le domaine de la cuisine historique, on peut retrouver des perceptions aussi abstraites que le goût (abstraites temporellement, bien entendu, car rien n’est plus concret que le goût d’un aliment ou d’une épice au moment même où il est consommé).

 

Après la phase de recherche et d’archéologie expérimentale, c’est la phase d’expérimentation. Celle où l’on va tester les recettes et les travailler, dans une cuisine moderne pouvant répondre aux normes d’hygiènes et de sécurité alimentaire du XXI° siècle. Force est de constater qu’une cuisson au gaz dans de l’inox ne donne pas du tout le même résultat qu’une cuisson au feu de bois dans de la céramique. Le plus gros travail consiste à retrouver non seulement les goûts mais également les textures des aliments en les cuisinant de façon « moderne ».

 

Enfin vient la phase de restitution de ces travaux, sans doute la plus agréable. Celle où les recettes vont être offertes au grand public, que ce soit sous forme d’un banquet ou d’une publication. Ainsi, sortant de toute forme de cloisonnement culturel, c’est avec un immense plaisir que les découvertes sont partagées et rendues accessibles.

 

 

 

 

Depuis une vingtaine année, Fabian Müllers, gourmet gourmand et passionné d’histoire, effectue des recherches constantes sur l’alimentation à travers l’histoire, de l’antiquité à nos jours.

Associant la recherche historique à une démarche d’archéologie expérimentale, c’est un véritable travail à la fois sur les habitudes alimentaires, les denrées existantes et les moyens de les cuisiner qui est effectué. De nombreux articles, ainsi que 2 tomes consacrés à la cuisine médiévale ont été édités, ainsi que quelques publications sporadiques à destination d’universitaires ou du grand public.

 

S’attachant avant tout à diffuser le plus largement possible la culture, ses travaux sont proposés de multiple façon.